samedi 10 décembre 2011

On se donne rendez-vous !

La Feria Rugby y Toros se déroulera le week end des 1 et 2 et 3 juin 2012 (novillada le dimanche 3).

La Nuit Rugby y Toros, elle, aura lieu un vendredi soir de début mars.

Pour ces deux rendez-vous, l'équipe travaille en ce moment d'arrache-pied et dès que les programmes se feront plus précis nous vous en informerons.

... En attendant : Bon Cul-d'An !

jeudi 7 juillet 2011

Tartas 2011

Nos amis de Tartas, organisent le Dimanche 10 juillet à 18h, une novillada sin caballos. Le bétail sera de Santafe Marton.

Pour plus de renseignements, cliquez ici ou sur l'affiche.


dimanche 3 juillet 2011

Les Tournois 2011


L'édition 2011 fut dans la lignée des éditions précédentes : conviviale et arrosée (également au sens propre du terme…)
Le tournoi du matin opposant "les anciennes gloires" fut remporté pour la 2ème année consécutive par les Rugueux Bipèdes de Langon. Au terme des 4 matchs de poules, d'une durée de 8 min (sans mi-temps), chaque équipe joua un match de classement et le point d'orgue fut la finale opposant les Rugueux Bipèdes aux Vils Navets. Ces derniers amenés par un superbe Jean-Yves Guyot mais certainement handicapés par l'absence combinée de Monsieur Propre et de Gilles (peur d'un pari...) s'inclinèrent de peu devant la formation du Ill.

Notons la présence pour la 1ère année de nos voisins Roquefortois et des éducateurs de l'école de rugby de Captieux ; les Landais terminant au pied du podium.

Signalons également la performance des Bigoudis emmenés par les frangins Labourguigne et l'assiduité de Torovalie (et ses fidèles supportrices) et des Escamats ainsi que le retour, pour cette édition, des Gravelous.

Le classement du tournoi 2011 est le suivant :

1er : RUGUEUX BIPEDES            2ème : VILS NAVETS                         3ème : LES BIGOUDIS
4ème : ROQUEFORT                 5èmes ex aequos : ESCAMATS et EDUCATEUR
7ème : TOROVALIE                  8ème : BOUFFE EN TRANCHE             9ème : GROS FINAUD GRAS
10ème : GRAVELOUS

Au terme du tournoi et avant de rejoindre l'apéritif, le Cèpe d'Or fut donc remis aux Langonnais.


Le prix du jury fut donné à Pipo Dechavanne cornaquant remarquablement les Bigoudis tandis que les Bouffes en Tranche remportèrent haut la main le prix de la ponctualité (1ère équipe à répondre, à payer et à se présenter au stade) ; une "Grosse" équipe qui ne quitta la féria que le dimanche a.m après avoir refait le tournoi toute la nuit.

Le prix spécial a été remporté par la seule fille du tournoi : Florence des Gros Finauds Gras (mention particulière à son coach, Kiki). Elle n'a pu empêcher, malgré une superbe prestation, son équipe de terminer à l'avant-dernière place, tentant à elle seule de colmater les brèches de ses coéquipiers certainement fatigués par leur mise au vert de la veille... où le Corse de l'équipe trusta tous les titres, ne laissant que des miettes aux habitués (François, Le Catalan et Jeff).

Tous ces joueurs enchainèrent par un apéritif bien mérité et un repas animé de mains de maitres par la banda les Amuse-Gueules de Grignols.

Pendant que les "anciens" se restauraient, les 6 équipes de jeunes rentraient en piste pour un tournoi national amené par des joueurs du Nord.

Nouveauté cette année : changement des règles avec la mise en place du touché en remplacement des plaquages.

Au terme de 5 matchs de 10 min où toutes les équipes s’opposèrent, la finale vit les Amis de ta Femme de Mathieu Larché remporter sous une pluie battante le titre face à la Casa Camilot.

Le prix de l'offensive fut remporté haut la main par les féminines de Langon (les Chabalettes).

Le classement 2011 est le suivant :

1er : LES AMIS DE TA FEMME        
2ème : CASA CAMILOT       
3ème : AVENIR
4ème : LES ARLEQUINS                   
5èmes exaequos : LES CHABALETTES et LES CH'TIS DU CH'NORD

Notons l'absence expliquée des 2 sportifs prévus pour la journée rugby ; tous les 2 se trouvant ce samedi-là au stade de France pour assister à la finale du Top 14 :

• Jean Pierre Ellisalde supportant son fils Jean-Baptiste entraineur des lignes arrières du Stade Toulousain mais néanmoins présent lors de la journée tauromachique du dimanche.

• Raphaël Lagarde faisant, lui, parti du groupe des finalistes (Montpellier). Ce dernier, titulaire pour le challenge européen et remplaçant de l'ouvreur du XV de France pour le championnat, est auteur d'une première saison à ce niveau plus que convaincante.

Une des plus belles actions de la journée fut à mettre au crédit de Chouchou alias Le Streaker des Bouffes en Tranche...

Cette journée rugby s'est terminée par la retransmission sur grand écran de la finale du Top 14.

Parallèlement à ces tournois, 3 animations étaient proposées :


- initiation rugby à travers plusieurs ateliers ludiques animés par les éducateurs de l'école de rugby et leur célèbre président Anthony Garbaye.

- des caricatures : pour la 1ère année (fin de matinée jusqu'à la fin d'après-midi), présence d’un caricaturiste croquant les portraits des joueurs, enfants et spectateurs.

- débat, animé par le local John, sous le hall du basket autour de l'évolution du rugby en présence de Xavier Lacarce (auteur du livre "Vers l'hyperrugby / Triomphe du sport unidimensionnel")

Merci aux personnes suivantes :

- aux arbitres de la journée :
                    - aux néophytes pour le tournoi du matin : Olivier, le Rétais, alias Grand-Sifflet, le radiologue Dudule, l'Albanais Michel et Caoulet, la personne qui comprend le mieux les arbitres pour en avoir subi les foudres il y a quelques années (323 jrs de suspensions en 2 fois...).
                    - aux confirmés pour le tournoi de l'a.m : Olivier, dit Hibou, en passe de rentrer dans le panel des Gaulois et Sébastien, le célèbre arbitre du centre.
-aux directeurs de match : Jacques et Michel
- aux bénévoles
- aux photographes : les deux Christophe  : C. Lucy dit le Révérend et C. Georgeval.

mercredi 15 juin 2011

Ce fut un "No Hay Billetes" !

Le premier de l'histoire de Rugby y Toros.
Il avait été quelques fois frôlé, bien sûr, mais ce dimanche 5 juin, ce fut une excellente surprise pour les organisateurs.
Victorino Martin (père et fils) étaient tous les deux présents dans les gradins, ce qui peut laisser penser qu'ils portaient une attention particulière au comportement de leur bétail, en cliquant ici, vous pouvez accéder aux impression de l'éleveur sur son site.

Quelques images de la novillada :

mercredi 8 juin 2011

mardi 7 juin 2011

Petit résumé de la novillada par Feria Tv


Brève (IV)

Sergio Flores vient d'être déclaré triomphateur (chez les novilleros) de la Feria de San Isidro à Las Ventas.

... des photos de la Feria (la nôtre) dans quelques jours...

samedi 4 juin 2011

Autrement dit, ce sera comme d'habitude...

... sans pluie.

C'est parti !

L'équipe de Bernos-Beaulac.

A l'heure où j'écris ces lignes, d'autres arpentent déjà les terrains de rugby et peut-être que d'autres émergent à peine après les efforts produits hier soir.
Parce qu'il faut que ça se sache : Bernos-Beaulac a repris le Cap Nègue à Captieux au terme d'un Défi encore une fois très disputé.

Cette année encore, devant plus de 400 personnes venues encourager leurs équipes, c'est le tir à la corde qui a fait la différence, les trois équipes se tenant dans un mouchoir de poche à son début. Et c'est vrai, Denis le répéta souvent, on ne vit jamais pour cet ultime jeu de duels si longs, si équlibrés, si durs pour les muscles et les nerfs(Roquefort/Captieux chez les jeunes, Bernos/Captieux chez les hommes et les femmes).

La très sympathique équipe de Roquefort, pour sa première participation est loin d'avoir démérité et trouvera certainement la ressource pour prendre sa revanche l'année prochaine (il doit bien y avoir du poupon sur Roquefort, non?)

Un merci également aux échassiers soustonnais (Lous Cadetouns) pour leur participation à l'ouverture de cette Feria Rugby y Toros 2011.

(il y aura plus d'images plus tard, mais pas maintenant : pas le temps)

jeudi 2 juin 2011

Entrainement pour le Défi

Mardi, à Roquefort, et mercredi à Captieux, se sont déroulés les entrainements aux épreuves du 3ème Défi Gascon.
Les équipes n'y étaient pas complètes mais les difficultés de certains jeux ont pu être mesurées et à Captieux, lieu d'entrainement commun vaec Bernos-Beaulac, on a déjà bien senti la volonté de ne pas s'en laisser compter par l'adversaire.
L'équipe de Roquefort est, d'après Denis, l'animateur du jeu, sereine et sûre de ses qualités.

Tout ça promet d'être chaud...



mercredi 1 juin 2011

Reseña :


Les novillos sont arrivés ce matin, le débarquement s'est bien passé.


 
n° 21 :
Brillante
encaste Urcola
colorado
né en janvier 2008




n° 23 :
Tranquilito
encaste Vega-Villar
negro, lucero, bragado, meano, coletero
né en janvier 2008

n° 24 :
Granoto 
encaste Vega-Villar
negro, lucero, gijon,
bragado, corrido, coletero,
calcetero
né en janvier 2008



n° 29 :
Cigarillo
encaste Vega-Villar
negro, lucero, bragado,
corrido, calcetero
né en février 2008


  

n° 42 :
Cartuchero
encaste Urcola
colorado
né en février 2008



 
                n° 44 :
Noquitino
encaste Urcola
colorado
né en février 2008


  
 
n° 45 :
Bavieca
encaste Vega-Villar
negro
né en mars 2008



n°46 :  
Conocidita
encaste Urcola 
colorado
né en janvier 2008

dimanche 29 mai 2011

Brève (III)

Sergio Flores enfonce le clou à Séville. 
Il semble être le novillero en forme du moment... Madrid, Séville... Captieux?...

lundi 23 mai 2011

Brève (II)

Grosse impression de Sergio Flores sur le public de Las Ventas (Madrid) ce soir. Pétition majoritaire et bronca à la présidence pour avoir refusé l'oreille.

Fernando Adrian à Barcelone, Sergio Flores à Madrid, 2 novilleros en forme à l'approche de la novillada capsylvaine.

dimanche 22 mai 2011

Infos pratiques


Tarifs 2011 : Ils sont inchangés depuis l’édition 2008 (Il fallait le préciser !)

Couvertes : Barrera : 45 €
                  Contra-barrera : 41 €
                  File1 : 37 €
                  File2 : 34 €
                  File3 : 31 €
                  File4 : 29 €
                  File5 : 27 €

Non couvertes Ouest (soleil dans le dos) :   Barrera : 40 €
                                                                Contra-barrera : 36 €
                                                                File1 : 32 €
                                                                File2 : 30 €
                                                                File3 : 26 €
                                                                File4 : 21 €

Non Couvertes Est (soleil de face) :  Barrera : 38 €
                                                      Contra-barrera : 34 €
                                                      File1 : 30 €
                                                      File2 : 28 €
                                                      File3 : 24 €
                                                      File4 : 19 €

Réservation des places (1 € par place) au 05.56.65.88.95 de 9 h à 12 h et de 13 h 30 à 18 h ; le samedi de 9 h à 12 h.
Vente et retrait des places aux guichets des arènes, le dimanche à partir de 10 h ; téléphone du guichet : 06.37.18.48.02.

Forfait journée à partir de 33 € (nous contacter). 15% de remise sur les réservations en Barrera et Contra-barrera non couvertes pour les groupes à partir de 10 personnes.

La tienta

Dimanche matin, après l’arrivée aux arènes de l’Encierro de Chiquitos, se déroulera la tienta (voir plus bas ce qu’est une tienta).
 
3 jeunes becerristes (premier stade de la formation pour devenir torero), s’entraineront devant vous face à des vaches de la ganaderia Ortiz de Urbina. Ils seront les représentants de 3 écoles taurines différentes.
 








Kike, originaire de Linxe (40), est inscrit au Centre de Tauromachie de Nîmes.










Diego de Llanos, représentera l’école taurine d’Arganda del Rey (Fondation El Juli).







Louis Husson, quant à lui, est élève de Richard Milian au sein d'Adour Aficion.

Ce spectacle est gratuit.

Quelques images de la tienta 2010 :

Qu'est-ce qu'une tienta? (aussi appelée "tentadero") :

C'est l'épreuve de sélection des vaches destinées à devenir reproductrices dans un élevage de bétail brave. Durant cette épreuve, on juge d'abord, au moyen d'un aiguillon, de la bravoure ; c'est à dire de la volonté de l'animal à vouloir accepter une confrontation de laquelle résulte une douleur physique. La vache mise en place à des distances croissantes doit répondre aux provocations du cavalier. On note le nombre, la qualité des charges (hésitantes, au pas, en accélérant, franches...) et le comportement de la bête (si elle pousse ou donne plutôt des coups de tête, si elle reste ou si elle sort seule,...).
Vient ensuite le moment de la muleta dans lequel on jugera de la qualité et de la franchise des embestidas (des charges), et ce, sur les deux cornes, c'est ce qu'on appelle la noblesse.
Cette épreuve s'effectue généralement en privé.
C'est pour les organisateurs capsylvains un moyen d'aller vers un public non initié, un premier contact qui peut se faire en famille. Il n'y a pas de mise à mort.


Animation du Campo de Feria (III)

Campo de Feria, campo con chicos.

Les enfants ne seront pas oubliés en ce dimanche 5 juin ; ce sont d’ailleurs eux qui ouvriront la journée.

Vêtus de rouge et blanc, un journal roulé à la main, ils attendront qu’au bout du chemin de l’aouzillère l’explosion du chupinazo donne, à 10 h 45 pétante, le départ de leur encierro.

Dès lors, ils parcourront les 400 m qui les séparent de la plazita à un train d’enfer encadrant les toros de la Ganaderia Guy Bimes dont la noblesse n’est plus à prouver mais dont la vivacité dépendra de l’heure à laquelle se seront couchés les moteurs bipèdes qui les font avancer.

Dans l’après-midi, un espace aménagé par Denis et regroupant des structures gonflables leur sera ouvert.


Campo de Feria, campo gastro… nomique.

Un lendemain de fête, quoi de meilleur que quelques huîtres pour se remettre en jambes ?
Rien, je crois. Et c’est une très bonne idée que de proposer ce « Casse-croûte du Bassin ».
À 10 h donc, sur l’airial, ce sera huîtres, saucisses et vin blanc.

Pour déjeuner, le traiteur Benoit Lacampagne, propose un menu à 17€ :

Délice de foie gras chaud aux pommes
ou Duo de foie gras et son pain d’épice
ou galantine de volaille et ses crudités.

Tournedos de bœuf et ses échalotes fondues
ou Canette désossée farcie aux cèpes

Petits légumes

Framboisier et son coulis
ou Forêt Noire
ou Charlotte à la poire et son coulis

Café

Vins rouge et rosé en carafe.

En soirée, après la novillada, avant de reprendre la route ou pour repousser le moment de la clôture, synonyme de déprime après 3 jours de moments intensément vécus vous pourrez également d’un petit repas :

Assiettes de tapas
Paëlla aux fruits de mer
Salade de fruits frais
Café
Vins rouge et rosé en carafe
(12€)

mercredi 18 mai 2011

Animation du Campo de Feria (II)

Campo de Feria, campo con música.

Pas de Feria sans musique, cela parait une évidence.

Le samedi aura vu et entendu, pour les tournois de rugby et l’animation de la bodega, la banda des voisins grignolais : Les Amuse-Gueules.

Et ce dimanche, il y aura 2 autres groupes musicaux présents sur l’airial :


En premier lieu, Les Vide-Greniers de Lavazan, des voisins également. Ce sera leur première prestation pour Rugby y Toros. Cette fanfare-banda est d’abord une aventure entre copains venant d’horizons musicaux très différents. Et le résultat est à leur image : éclectique et un brin déjanté.

Leur devise : « Y a eu pire »... pas de prise de tête donc, ni de chevilles qui enflent ; c'est l'état d'esprit nécessaire pour partir en fête...

Ils animeront le site des arènes toute la journée, ils sont jeunes et plein de fougue et cela leur sera utile.





En début d’après-midi, arrivera l’harmonie Al Violin de Samadet. Elle assurera la partie musicale de la novillada et les aficionados connaissent la qualité de cette formation dirigée par Danièle.

Elle jouera ce jour-là son troisième paseo à Captieux ; mais avant cela (vers 15 h 30), le public présent aura pu profiter d’un concert donné sous les chênes et les érables de l’airial.

Brève

Lundi (le 16 mai), Fernando Adrian, est sorti en triomphe des arènes de Barcelone après avoir coupé 2 oreilles.

lundi 16 mai 2011

Animations du Campo de Feria (I)

Campo de Feria, campo d'expo...

C’est parfois long, de patienter autour d’une arène en attendant l’heure du paseo. On peut certes s’attarder à l’apéro, faire trainer le repas, le tout bien sûr entouré des amis ou de la famille qui accompagnent mais bon…
Sur l’airial de l’Aouzillère, les organisateurs ont pensé à vous !

Toute la journée vous aurez accès à la tente expo dans laquelle exposent cette année trois artistes :


Valérie Girard, photographe amateur, revient cette année, très satisfaite du contact qu’elle eut, l'an passé avec le public. Valérie est lot et garonnaise et vit à Pindères, un petit village des Landes de Gascogne situé entre Casteljaloux et Houeillès.
Elle présentera cette année des tirages photo sur bois avant de s’envoler pour Santander où elle exposera pour la Feria dans un hôtel prestigieux.




On ne présente plus Isabelle Husson, artiste peintre reconnue à juste titre. Elle aussi revient à Captieux mais elle aura ce jour-là une double casquette puisqu’elle est aussi la maman de Louis, élève (et qui plus est, bon élève) de Richard Milian à Adour Aficion qui participera à la tienta gratuite du dimanche matin.
« Je fais des expos de peinture taurine depuis 10 ans, en France bien sûr mais aussi en Espagne. Dans mon travail, je tente d’exprimer la puissante énergie qui anime le torero, la tension palpable qui l’habite, sa concentration, et son art. J’essaie aussi de rendre hommage à la noblesse et à la puissance du toro. J’aimerais que le spectateur de mes toiles puisse retrouver cette émotion indicible qu’il a déjà ressentie en se rendant aux arènes, qu’il y ait une complicité entre ses souvenirs personnels d’aficionado et mon tableau ou mon dessin… »


La photo, la peinture, il ne manque que la troisième dimension et cette dimension-là, c’est Zaza, artiste sculpteur au féminin, qui nous en fera la présentation. Zaza n’est autre que la créatrice du petit festayre de l’affiche de la Feria de Dax 2010.

Elle trouve son inspiration dans la Culture Sud : la tauromachie, le rugby et la mer. Cette année, elle a plus particulièrement travaillé sur les toros et elle nous présentera sa camade.


L’appel n’est pas terminé sous la tente expo car il y aura cette année une place pour l’écriture avec le duo Antonio Arevalo (journaliste-écrivain) / Bruno Lasnier (photographe).

Ils présenteront et dédicaceront leur ouvrage « La veillée d’armes » (éditions Culture Suds).

Bruno Lasnier a eu l’autorisation d’approcher les toreros avant qu’ils n’arrivent dans l’arène. Pendant plus de trois saisons tauromachiques il a photographié ces moments d’intimité qui précèdent la corrida où ils livrent une vérité authentique et rare. Antonio Arevalo a rencontré des toreros photographiés par Bruno Lasnier parmi les plus grands en activité comme El Juli, Enrique Ponce ou nos compatriotes Sébastien Castella, Juan Bautista et Medhi Savalli. Des vétérans de la trempe de El Fundi, Juan José Padilla ou Antonio Ferrera mais aussi des plus jeunes comme Diego Urdiales, Rafaellilo, Sergio Aguilar et Luis Bolivar ont parlé. Ce sont leurs témoignages inédits et leurs paroles qui accompagnent les images. Ils confient avec sincérité leurs doutes et leurs peurs mais aussi leurs rêves, ils parlent de la première fois, des relations avec leur entourage, de leurs sentiments religieux….

Ce livre concrétise un travail d’investigation profond et important qui apporte un regard nouveau et contemporain sur les acteurs de la corrida.

Pour contacter la maison d’édition (et commander) c’est ici.

samedi 14 mai 2011

Les novilleros

Voici les trois garçons qui combattront les novillos de la Ganaderia de Urcola :

Mathieu GUILLON, le Montois.

Ce jeune garçon, né le 05/03/1991 à Mont-de-Marsan s’entraine chez Richard Milian qui est son apoderado.

Auparavant, il avait débuté en 2003, à l’école de tauromachie du Grand Sud-Ouest du matador Gilles Marsal et avait participé à une vingtaine de capéas et tientas, estoquant son premier becerro en public en juillet 2005 à Soupera (Vicia-España).

En 2006, il rejoint l’école Adour Aficion de Richard MILIAN et torée une quarantaine de novilladas sans picadors jusqu’à ses débuts en piquée, le 19/04/2009 à Garlin où il obtient une oreille. Cette saison-là, il torée 5 novilladas obtenant des succès importants à Millas (2 oreilles) et Aire-sur-Adour (2 oreilles).

En 2010, il participe à 11 spectacles coupant 15 oreilles, notamment à Vauvert, en juin, devant les Palha (2 oreilles), à Mont-de-Marsan ,en juillet (3 oreilles), à Hagetmau, en août (2 oreilles des Miura) et à Villeneuve-de-Marsan (3 oreilles).
C’est aussi un banderillero spectaculaire.

Sergio FLORES, la révélation mexicaine.

Né à Tlaxcala (Mexico), le 17/04/1991, il est actuellement le novillero le plus en vue dans son pays. Sur la lancée de son succès à Mugron le lundi de Pâques (3 oreilles), il se présentera à Séville, le 23 mai et à Madrid, le 29 mai .

Après avoir débuté sans picador à Tlaxcala le 27/02/2007 et toréé cette année-là 7 spectacles au Mexique, il est venu se présenter en France à Tartas le 19/04/2008 ; par la suite, il a fait une brillante temporada avec 16 spectacles en Europe (19 oreilles et 3 queues) et se fit très rapidement remarquer par son toreo profond et de qualité.


Le 14/06/09, il se présenta avec picadors à la Monumental de Mexico, coupant 2 oreilles et gagnant ainsi, la même saison, deux autres contrats dans ces mêmes arènes. Le 9 août, ce fut à Millas qu'il fit sa présentation en novillada piquée en Europe obtenant encore 2 oreilles. Le 20/09/09, il coupa 2 oreilles à Guadalajara (Mexico) l’autre grande arène de son pays.

En 2010, il a participé à 17 novilladas obtenant 37 oreilles.

Fernando ADRIAN, élève d'EL JULI.

Fernando ADRIAN, est né dans la localité madrilène de Torres de Alameda, le 20/01/1992. C’est un élève d’EL JULI, inscrit depuis 2006 à l’école d’ARGANDA DEL REY, au sein de la Fondation EL JULI.

Il a débuté en public le 17/05/2008 à Paracuellos de Jarama et a depuis été triomphateur des 1er et 3ème Trophées Ecole d’Arganda del Rey (en 2008 et 2010).

Au cours des temporadas 2008, 2009 et 2010, il a participé à plus d’une soixantaine de novilladas sans picadors.

Le public français l’avait découvert en mars 2010 à Magescq (4 oreilles). Après de nombreux succès dans le sud-ouest, il a été déclaré triomphateur des novilleros sans picadors par l’ACOCNSO (Association des Comités Organisateurs de Corridas et Novilladas du Sud-ouest) en 2010.

Il a débuté en novillada piquée ce début de temporada, le 11/03 à Olivenza (Espagne) et s’est présenté le 18 mars en France à Samadet, coupant une oreille.

En mai, il se présentera à Séville, Barcelone et Nîmes.

La Ganaderia de Urcola

                                            Propriétaire : Don Victorino MARTIN ANDRES
Représentant : Victorino Martín García
Finca: "Las Tiesas de Santa María"
Portezuelo (Cáceres) España
Association : UCTL
Devisa : Bleu Bilbao y blanc
Marque oreille: Orejisana en ambas orejas
Sigle: UOB
Origine : D. Félix Urcola y Vega Villar (séparément)
Mayoral : Félix
Pas encore d’ancienneté à Madrid

Un peu d’histoire :

Sans refaire l’intégralité du livre des origines, il nous a paru intéressant de retracer un peu l’histoire des deux courants de sang qui sortiront en piste le dimanche 5 juin :

Paco Galache élevait séparément deux encastes : les Urcola (encaste Vistahermosa) et les Encinas (encaste Vega-Villar).

L’encaste Vega-Villar (patas blancas) fut créé par Jose Vega en 1910, en croisant des vaches de sang Veragua avec un étalon de sang Santa Coloma. Le troupeau fut ensuite cédé aux frères Villar (Fransisco et Victor) qui, après s’être séparés vendirent le bétail.
Francisco vendit à la famille Cobaleda et Victor à Jose Encinas, lequel, en 1939, céda le bétail à la famille Galache.

En ce qui concerne l’encaste Urcola, l’histoire commence plus tôt, dans la première moitié du XIX° siècle, chez le conte de Vistahermosa (encaste du même nom). Les bêtes de cette ganaderia furent vendues en 5 lots, faute d’héritier.
La partie la plus importante fut achetée, en 1823, par Juan Dominguez Ortiz « El Barbero de Utrera », changea quelques fois de mains jusqu’à l’acquisition, en 1904, par Felix Urcola puis par Francisco Molina en 1918 qui fixa le type de l’encaste. En 1930, la famille Galache acquiert le bétail et le conduit dans le haut de l’escalafon ganadero.

Que ce soit pour l’un ou l’autre des deux courants de sang, il n’y a pas eu depuis un siècle de croisement et ce sont donc deux souches très pures.

La Ganaderia de Urcola, dont-il est question aujourd’hui, fut créée à partir de l’achat, en 2005, par Victorino Martin, du bétail de Francisco Galache dans le but de rafraichir, par la partie Encinas, l’encaste Vega-Villar déjà présent chez la famille Martin sous le fer de Monteviejo.

Depuis, Victorino Martin a fait un gros travail de sélection tant sur le courant de sang Urcola que sur celui de Vega-Villar (branche Encinas).
Il commence également à tester un rafraichissement génétique de son troupeau de Monteviejo issu de bétail de Barcial. Mais ceci représente un travail de longue halène dont les résultats ne seront connus que dans quelques années et ne nous concerne pas aujourd’hui car les novillos qui seront lidiés à Captieux sont, eux, issus directement des lignées élevées par Francisco Galache, et sélectionnées depuis par Victorino.

En 2011, Rugby y Toros, renouvelle donc le concept mis en place, en 2003, 2004 et 2005, lorsque l’association avait présenté deux encastes différents provenant du même éleveur, remettant, pour l’occasion l’encaste Coquilla (de Javier Sanchez Arjona) au goût du jour.

Ce seront donc 3 novillos de Urcola et 3 novillos de Encinas (purs) qui fouleront le sable de Jean Sango.


On pourra dire ce qu’on voudra, les organisateurs capsylvains n’ont pas attendu le discours ambiant à propos des encastes marginaux pour tenter l’expérience.

En 2010, les novillos de la branche Vega Villar par Encinas ont remporté le prix de la meilleure novillada de la Feria del Villar (Laguna de Duero, 10 septembre).

Sources :                         http://www.toroslidia.com/
                                       http://www.cetnotorolidia.es/
                                       http://don.miguel.pagesperso-orange.fr/

dimanche 1 mai 2011

Les tournois à 7

Samedi, toute la journée, au stade municipal et en soirée à la bodega des arènes.

Changement de formule cette année dans le déroulement du tournoi des seniors (tournoi de l'après midi) qui, pour la plupart, ont rangé les crampons depuis un bon mois : le tournoi devient à toucher (flags).

Les 2 tournois se dérouleront au stade municipal de Captieux. Les règles seront les mêmes, les terrains (1/2 terrain) également, seule la durée des mi-temps change (matin : 8 min - a.m : 10 min).


À partir de 9 h 30, 12 équipes se disputeront le titre et tenteront de détrôner les Rugueux Bipèdes, vainqueurs du tournoi 2010.

Soulignons la présence fidèle des équipes suivantes : les Vils Navets (avec Jean-Yves en figure de proue), Torovalie (Dule), le XV de la Ruse, les Gros Finauds Gras (retour annoncé sur le pré du Renard Argenté), les Escamats, les Haka Cools de Martignas, les Anciens Écureuils et les Bouffes en Tranche (emmenés par Eric qui tenteront de remporter pour la seconde fois consécutive le challenge du fair-play) et accueillons pour cette édition 2011 : les Moines Tranquilles (Cenon) et l'attraction de la matinée, les Gazelles (équipe féminine de Saint-Aubin).

A l’issue de ce tournoi, un apéritif sera offert aux joueurs à la salle des sociétés et un repas, ouvert à tous  (13 € le repas), sera servi sous le hall du basket dès 13 heures.

14 h 00 : Reprise des matchs de séniors pour un tournoi à 7 à toucher.

Certaines équipes, encore en compétition, réservent leur réponse mais seront d’ores et déjà présents : Lou Bérets, B'7, Langon, Captieux, Gradignan, Chabanais...

La banda grignolaise «Les Amuse Gueules » animera pour notre plus grand plaisir toute cette journée de rugby.

A côté des tournois :
  • Toute la journée, "Faites vous refaire le portrait"… par un professionnel de la caricature.
  • A partir de 14 h 30, l’initiation au rugby est reconduite. Elle s’adresse aux enfants (filles et garçons) ayant fêté leur 5ème anniversaire.
  • En après-midi, en parallèle avec le tournoi, sous le hall du basket, un débat sera animé par des journalistes locaux et des rugbymen sur le thème de l'évolution du rugby.

Toute victoire méritant une récompense, la remise des trophées « Rugby y Toros » se déroulera à 19 heures sous le chapiteau de la bodega aux arènes.

A partir de 20h30 sera retransmise sur 2 grands écrans (1 dans la bodega et 1 sous le chapiteau restauration) la finale du championnat de France du Top 14.

Alors la nuit vous appartiendra…

samedi 30 avril 2011

Le Défi Gascon, 3ème !

Vendredi 3 juin, à 20 h 45, dans les arènes Jean Sango, la Feria Rugby y Toros débutera par la troisième édition du Défi Gascon, au cours de laquelle les Capsylvains remettront leur titre en jeu et accueilleront les représentants de Bernos-Beaulac et de Roquefort.


Les voisins landais entre dans la danse du Défi et personne ne doute que leur ambition est de ne pas faire de la figuration. Les 2 locaux sud-girondins auront pour eux la connaissance du terrain et la pratique de l’arbitrage mais ils le savent bien, les Landais ont bien l’intention de ramener le Cap Nègue à la maison.

De son côté, Denis, l’animateur de la soirée, a bien sûr concocté des petits chefs-d’œuvre : les concurrents vont souffrir, c’est une quasi certitude. La force pure devra être au rendez-vous bien sûr, mais la culture, l’équilibre et la maîtrise de soi devront également avoir été convenablement dosées lors de la composition des équipes qui seront formées d’au maximum 15 hommes, 15 dames et 14 enfants de 10 à 13 ans (dans cette configuration maximale, chacun ne participe qu’à un seul jeu).

Lors de chacun des 6 jeux, chaque catégorie rencontrera les homologues de ses deux adversaires.

Durant ces deux grosses heures de spectacle, vous pourrez assister :

  • à des duels à l’épée : sur une plateforme pas stable du tout, les duellistes devront provoquer la chute de leur adversaire ;
  •  à du bûcheronnage : il s’agit d’un retour à une technique ancestrale de sciage, à l’aide d’un passe-partout… non pas celui du fort… ;
  • à du pastoralisme : ici aussi, l’histoire nous rattrape, et nous verrons bien si les descendants des bergers de la Haute-Lande ont gardé dans leur gènes le savoir-faire de leurs ancêtres ;
  • à de l’aquaplaning : là, les Capsylvains sont favoris cette activité étant pratiquée en ces lieux dès le plus jeune âge ;
  • à un entrainement DFCI : l’eau est rare en été, et tous les moyens sont bons pour la transporter lorsque la nécessité se fait sentir ;
  • et pour finir, dans un nuage de poussière du sable des arènes, à un déchainement de force pure ; l’épreuve reine, qui fut décisive lors de chacune des éditions précédentes : le tir à la corde.
Il sera alors temps de se dégourdir un peu les jambes et de se désaltérer (avec modération) dans le chapiteau bodega où l’on pourra découvrir un autre talent de Denis, derrière les platines.



Entrée : 3 €, le billet donne l'accès à un tirage de tombola (à l'entracte), parmi les lots : 4 entrées pour Walibi, 2 places pour le VI Nations, des places pour les novilladas de Captieux et Roquefort, des forfaits canoë-kayak à Bernos-Beaulac...

vendredi 29 avril 2011

mercredi 27 avril 2011

Le cartel de la novillada :

Les novillos de la ganaderia de Urcola, propriété de Victorino Martin, seront combattus par :

Mathieu Guillon
(France)
Sergio Flores
(Mexique)
Fernando Adrian
(Espagne)

Paseo, le dimanche 5 juin à 17 h.

Plusd'infos dans les jours qui viennent.

samedi 23 avril 2011

La XIème en images

Un grand merci à Christophe Georgeval et à Marie-Laure Perron pour la mise à disposition des photos (qui, comme d'habitude, ne sont pas libres de droits).

mercredi 20 avril 2011

Il y a un mois... et deux jours...

Michel réalisait un rêve…

Michel BERTRAND, consultant en tauromachie, a réalisé le rêve d’André DURANTAU et de son association : recevoir EL JULI à CAPTIEUX.
Et exaucé ce souhait fut un dur labeur pour Michel : des mois de travail, d’entretiens, de rendez-vous et d’organisation, pour un final exceptionnel tout comme EL JULI.

De son côté, André, comme à son habitude, a remué ciel et terre afin que l’invité « rugby » soit à la hauteur et ce fût avec une grande joie que l’association accueillit Jean-Baptiste ELISSALDE.

Ce mano a mano suscita un tel engouement que l’association mit en œuvre tous les moyens dont elle disposait afin de contenter un maximum d’aficionados et ce sont donc quelques 400 convives qui ont été accueillis le vendredi 18 mars 2011 au Centre Culturel.

Le repas traditionnel précédé de l’apéritif offert, un direct sur FR3, des interviews, des remises de cadeaux, de divers trophées à El Juli, le tout orchestré magnifiquement sur des airs de paso doble avec l’aide de Denis’Anim.

Pour des raisons professionnelles ou personnelles, les 2 stars de la Nuit ont dû écourter la soirée, mais vite remplacés par un autre mano a mano celui de Jean-Pierre ELISSALDE et ZOCATO.

Le 3ème Défi Gascon fût lancé, il se jouera en juin entre Bernos-Beaulac, Captieux et Roquefort.

Et pour terminer, le nom de la ganaderia retenue pour la feria 2011 a été dévoilé, il s’agit de la ganaderia URCOLA propriété du célèbre Victorino MARTIN.


revue de presse :

Le républicain :
  

 Sud-Ouest :


mercredi 16 mars 2011

A J-1 de la Nuit : revue de presse.

Sud-Ouest (18-03)

Captieux

Un « mano a mano » de prestige

Le rugbyman Jean-Baptiste Elissalde et le matador Julián López « El Juli »invités de la Nuit Rugby y Toros.
Le matador El Juli, ici lors d'une corrida à Dax, sera ce soir un des invités de prestige de la Nuit Rugby y Toros.
Il se passe toujours quelque chose à Captieux. La dernière feria, en juin dernier, sentait le parfum des phases finales, celles qui avaient mené les rugbymen du Sporting au titre de champion de France de première série. En septembre dernier, le Sud-Gironde avait rendez-vous au stade, qui prenait, en sa présence, le nom d'André Durantau.
Ce soir, on retrouve le président de Renouveau et tradition derrière un nouveau coup fumant. La Nuit Rugby y Toros accueille, à la salle culturelle de Captieux, la grande vedette de la tauromachie, Julián López « El Juli ». Pour le côté rugby, c'est l'ancien international Jean-Baptiste Elissalde, désormais entraîneur des lignes arrières au Stade Toulousain, qui participera à un « mano a mano » verbal, animé notamment par Stéphane Brettes et Zocato.
André Durantau et Michel Bertrand, consultant tauromachie de Rugby y Toros, ont donc fait très fort. Lors des dix premières éditions de la Nuit du même nom, ils avaient pourtant placé la barre très haut.
Les passionnés de rugby avaient déjà pu écouter, entre deux plats traditionnels et quelques pas de danses sévillanes, quelques vedettes de l'Ovalie évoquer leur vie, leur carrière et leurs plus savoureux souvenirs.
On citera Jean-Pierre Rives ou Pierre Albaladejo. Plus récemment, ce fut Daniel Dubroca ou Jean-Jacques Crenca. L'an dernier, c'est Jean-Pierre Elissalde qui, sans aucune concession, était venu donner sa vision du rugby professionnel. Cette année, il passe donc la balle à son fils.

L'appel de la feria 2010

Avec entre autres Joselito, Fernando Cruz, Denis Loré ou l'éleveur Victorino Martin, le casting taurin proposé ces dernières années par Renouveau et tradition a aussi fière allure. Avec El Juli, star planétaire de la tauromachie, Captieux part ce soir dans une autre galaxie. Les aficionados l'ont très vite compris. Les inscriptions pour la soirée étaient initialement ouvertes jusqu'au 7 mars. Elles ont été closes dès le 9 février, la jauge de 350 convives ayant été atteinte en un temps record.
Il faut dire qu'André Durantau avait su créer une certaine effervescence dès juin dernier. Lors de la feria, il avait lâché son rêve de coup double, faire venir à la Nuit Rugby y Toros Jean-Baptiste Elissalde et El Juli. L'appel avait été lancé en présence des pères des deux vedettes. Jean-Pierre Elissalde avait en effet passé toute la feria 2010 à Captieux. Quant à Juli père, il était venu en Sud-Gironde pour superviser le comportement des novillos de l'élevage du fils…
Par l'intermédiaire de Michel Bertrand, les organisateurs capsylvains entretiennent en effet une relation étroite avec la famille López. Captieux a régulièrement accueilli ces dernières années des élèves de l'école taurine de la Fondation El Juli. L'an passé, les arènes Jean-Sango furent les premières en France à recevoir une novillada piquée de l'élevage El Freixo, propriété d'El Juli, qui est désormais chez lui à Captieux.

Midi Olympique



Le Républicain (17-02)

1993 – 2017, 24 ans de RUGBY y TOROS ! 1999 – 2017 18 ans de Novillada avec picadors

Voilà près de 25ans qu’une équipe de dynamiques bénévoles sous la houlette du président André DURANTAU (Président fondateur auquel a succédé, 4 années durant, Stéphane PELERIN relayé aujourd'hui par Stéphane BRETHES), organise au cœur de l’Aquitaine une fête conviviale autour de deux passions majeures du Sud-Ouest : le monde du rugby et celui de la tauromachie s’y rencontrent autour de leurs valeurs communes, pour ce qui est devenu le rendez-vous traditionnel du 1er week-end de juin (le second si Pentecôte tombe le premier).



Ce pari audacieux lancé en 1993 et réussi dès la première année, la création d’un concept par l’association de deux thématiques complémentaires, fera école par la suite dans d’autres villes ou ferias.

Au fil des années, le premier tournoi de rugby à caractère local, s’est transformé en rencontre incontournable pour le rugby aquitain. La journée du dimanche, s’est imposée dans le calendrier des dates taurines du sud-ouest comme un rendez-vous de qualité : la ville de Captieux a été récompensée en 2000 en recevant le prix « Traje de Oro » décerné par un jury de medias à la meilleure plaza de novilladas du Sud-ouest.



A Captieux, la tradition taurine remonte à 1963 et débuta par des novilladas sans picadors dont la 2ème , en 1964, permit à Paquirri et son frère Riverita, arrivés de Cadix dans une Traction 7, de faire leur présentation en France. En 1966 on déplora l’effondrement des arènes après un « derby » avec la localité voisine de Grignols au cours d’un inter-villes fort « disputé » et c’est en 1990 que furent construites les nouvelles arènes Jean Sango (les seules arènes fixes de Gironde).



En 1993, l’enthousiaste et persévérant André DURANTAU, aidé par son « pack » de bénévoles et Michel BERTRAND, relançait le mouvement à l’occasion du soixantième anniversaire du S.C.C. (Sporting Club de rugby de Captieux) par l’organisation d’un festival avec picadors. Le Comité des fêtes et le Club Taurin Ricard s’unirent à cette première équipe l’année suivante pour organiser cinq autres festivals au cours desquels défilèrent des grands noms de la tauromachie : Tomas CAMPUZANO, RUIZ MIGUEL, Victor MENDES, CHAMACO, Juan MORA, Richard MILIAN, DENIS LORE, Damaso GONZALEZ, etc. Puis c’est en 1999 que fut organisée la première novillada avec picadors de l’histoire des arènes Jean Sango.



Depuis mars 2001, les aficionados au ballon ovale et à la corrida se retrouvent en hiver lors d’une soirée de gala « La Nuit RUGBY y TOROS » au cours de laquelle ont été reçus des invités prestigieux : Pierre ALBALADEJO, Bernard LAPORTE, Jean-Pierre RIVES ainsi que les maestros PEDRES et JOSELITO, l’éleveur VICTORINO MARTIN pour ne citer qu’eux.



Aujourd’hui, ce qui était au départ un jour de fête est devenu une féria se déroulant du vendredi au dimanche : les tournois de rugby à VII, les expositions d’artistes, les groupes musicaux variés, les animations pour les enfants, un campo de feria, des bodegas et des repas gascons, préparent l’évènement majeur du dimanche avec en apéritif une tienta matinale publique et gratuite (une innovation apparue en 2001) : la novillada avec picadors.