lundi 30 mai 2016

La météo du wee-end ?

C'est toujours un souci de moins !!!





samedi 28 mai 2016

El Tajo, La Reina, Joselito

Jose Miguel ARROYO "JOSELITO"

Il y a un an, à la veille de l'embarquement, la décision des services vétérinaires espagnols tombait : Mise en quarantaine. La cause ? Une suspicion de lecture positive à un test de tuberculine sur une des 800 vaches de la ganaderia.




Un rendez-vous manqué, donc. Et si le lot trouvé en remplacement, dans un temps record et provenant de la prestigieuse ganaderia d'EL PILAR a donné entière satisfaction avec, notamment, 3 grands novillos, les organisateurs ont tenu à honorer leur engagement passé en 2015 et ont demandé à Jose Miguel ARROYO de revenir ce mois de juin.
 
Le lot qui sortira cette année correspond à la ligne que s'est fixée notre arène : du bétail de qualité qui marque sa présence en piste sans être terrifique ni trop "bonito" pour que les novilleros (dont deux débutent dans la catégorie) puissent se trouver en confiance et livrer le meilleur d'eux-même. Respect du public, respect des toreros, respect du bétail, également.
 
Tout ce qui pouvait être pensé et fait pour que ce rendez-vous se déroule dans de bonnes conditions l'a été ou est en passe de l'être. Le reste ne nous appartient plus : il appartient au temps, à la chance, au courage, au don de soi.
 
JOSELITO célèbre cette année ses 30 ans d'alternative. Comme éleveur, il a effectué avec succès sa présentation à Madrid, Las Ventas à l'occasion de la corrida goyesque du 2 mai dernier ; 20 ans après son encerronada (seul contre 6) triomphale.
 
video
 
 
Petits rappels sur la ganaderia :
 
Créée en 1997. Sise à San Juan de Piedrasalbas (Caceres). Provenance Juan Pedro DOMECQ DIEZ et Carlos NUNEZ.
Les bêtes des deux fers ont la même origine ; elles sont marquées de manière alternée.
 
El Tajo
La Reina
 
 

mercredi 25 mai 2016

Un dimanche matin en famille : ludique et éducatif.

Dimanche matin, sur l'airial de l'Aouzillère la vie va s'animer tout doucement et monter en puissance jusqu'à la corrida de novillos qui débutera à 17 h.

Dans l'ordre, on pourra d'abord rincer le tonneau de la veille en dégustant quelques huîtres de chez Laban accompagnées de saucisse et de vin blanc.
Viendra ensuite le moment de voir courir les générations futures devant les pointes de trois novillos. Si les trois exemplaires de la ganaderia locale arborent de véritables cornes, leur moteur (lui aussi très local) n'est plus vraiment ce qu'il était et chaque année on en arrive à se demander s'il arrivera à maintenir sa poussée jusqu'à l'entrée du ruedo.

video


Pour l'encierro, le rendez-vous est donné à partir de 10h30 et le chupinazo pètera à 11h. La tenue fortement conseillée est de couleurs rouge et blanche. Sûr qu'une fois la course terminée, certains seront persuadés que le danger était réellement présent. 
Les minots pourront ensuite s'essayer au rodéo sur un toro mécanique.
 
A l'issue de l'encierro, débutera la tienta. Thomas DUFAU, initialement prévu ne pourra être présent.
 
J. LESCARRET (photo trouvée sur le net)
J. BANTI (photo trouvée sur le net)
Il sera remplacé par Julien LESCARRET, matador de toros retiré (mais peut-on réellement l'être vraiment) et Jérémy BANTI, matador français, toujours en activité qui officiera comme sobresaliente dans les prochains mano à mano saint-séverin (le 26 juin) et élusate (9 juillet).
 
 
Ce dimanche-là, seront testées 2 vaches de La ESPERA, une toute nouvelle ganaderia française. Son propriétaire, Jean-François MAJESTE, réalise ainsi le rêve de nombre d'aficionados. L'origine du bétail est de Jandilla via l'élevage de Olivier FERNAY.
 
video
 
 
La tienta, c'est l'épreuve de sélection des vaches destinées à devenir reproductrices dans un élevage de bétail brave. Durant cette épreuve, on juge d'abord, au moyen d'un aiguillon, de la bravoure ; c'est à dire de la volonté de l'animal à vouloir accepter une confrontation de laquelle résulte une douleur physique. La vache mise en place à des distances croissantes doit répondre aux provocations du cavalier. On note le nombre, la qualité des charges (hésitantes, au pas, en accélérant, franches...) et le comportement de la bête (si elle pousse ou donne plutôt des coups de tête, si elle reste ou si elle sort seule,...).
Vient ensuite le moment de la muleta dans lequel on jugera de la qualité et de la franchise des embestidas (des charges), et ce, sur les deux cornes, c'est ce qu'on appelle la noblesse.
Cette épreuve s'effectue généralement en privé.
C'est pour les organisateurs capsylvains un moyen d'aller vers un public non initié, un premier contact qui peut se faire en famille. Il n'y a pas de mise à mort.

mardi 24 mai 2016

Dimanche 5 juin, 17 h.

Quand Les Armagnacs entonneront les premières notes du paseo, 3 garçons se présenteront sur le sable des arènes Jean SANGO. 3 présentations à Captieux et 3 pages qui se tournent : celle d'une dernière course dans la catégorie pour l'un, celle d'une première pour 2 autres.

Captieux est coutumière de faire découvrir à son public de jeunes novilleros, de les faire se présenter et/ou débuter en France.
Le dernier pour lequel ce fut le cas se nomme Andrès ROCA REY. Celui-ci est en train de tout renverser sur son passage, sortant à hombros quasiment à chacune de ses prestations comme à Madrid, Las Ventas, il y a peu. 



Joaquin GALDOS, comme Andrès, est Péruvien. Il ouvrira la novillada, sa dernière.




Né le 01/11/95 à Lima (Pérou)
Début en costume de lumières : 05/2013à Villaconejos (Madrid)
Début avec picadors : 17/08/2014 à MALAGA
Temporada 2015 : 41 novilladas,
63 oreilles et 1 queue



 

 

C'est le 19 juin juin prochain, à Istres que Joaquin prendra son alternative des mains de José Mari MANZANARES en présence de LOPEZ SIMON.


Ancien élève de l’école taurine de Malaga, il est actuellement formé en Espagne par le matador Angel GOMEZ ESCORIAL.

En 2014, il a été déclaré meilleur novillero dans le Sud-Est par les Clubs Taurins Paul RICARD et en 2015, par l’Association des Critiques Taurins du Sud-Ouest où il a remporté des succès importants: Dax (3 oreilles), Roquefort (3), Hagetmau (2), Bayonne (1).
En Espagne il a été triomphateur dans les 2 ferias importantes de novilladas : Algemesi (3 oreilles) et Arnedo (2).
Il a fort bien démarré la temporada 2016 (5 contrats en Espagne, Colombie, Pérou et France).


Il sera ce dimanche un chef de lidia attentif aux côtés de ses compagnons de cartel, promus ce même jour.


Adrien SALENC



Né le 10/07/1997 à Nîmes
Début en costume de lumières : 05/2014 à Baza (Grenade)
Temporada 2015 : 41 Novilladas, 63 oreilles et 1 queue






Le 5 juin, Adrien fera ses débuts en novillada avec picadors.

Sans antécédents taurins familiaux, il a décidé, en septembre 2011, à l’âge de 14 ans, de s’expatrier en Espagne pour s’inscrire à l’école taurine d’Arganda del Rey, créée par EL JULI. Par deux fois, en 2013 et 2014, il en a remporté le trophée du meilleur novillero.

 
En Dax. (Photo : W. Lucas)


La temporada 2015 nous a confirmé ses qualités : déclaré meilleur novillero sans picadors par les organisateurs du Sud-Ouest (ACOSO) après notamment d’importants succès à Mont-de-Marsan, Dax, Bayonne, Mugron, Eauze, Plaisance-du-Gers, Riscle et Rion-des-Landes




En Mont-de-Marsan (Photo : W. Lucas)





En Espagne et dans le Sud-Est, il a aussi remporté de nombreux trophées et gagné plusieurs concours: le Zapato de Plata d’Arnedo, le trophée NIMEÑO II à Bellegarde, le prix du triomphateur à Nîmes, Hoyo de Manzanares, Humames, Huerta del Rey (meilleure estocade)…







Depuis 2012, il a participé à plus de 90 spectacles (becerradas, novilladas et festivals). Le début de saison 2016 a été très encourageant avec des succès à Aignan, Mugron et Nîmes.

En Magescq (Photo : W. Lucas)
Carlos OCHOA

 
Né le 16/12/1997 à MADRID
Début en costume de lumières : 07/2014 à VAUVERT 
Temporada 2015 : 23 novilladas, 32 oreilles et 
une sortie en triomphe des arènes de Madrid, Las Ventas



Inscrit à l’école de Madrid depuis 2011, ses Maestros ne sont autres que JOSELITO, EL FUNDI et Jose Luis BOTE…excusez du peu !
 

En 2013, il débutait comme becerrista et participait à 2 spectacles obtenant 6 oreilles.


Photo : Ph. Latour


 

Le 5 juillet 2014, il  revêtait son premier costume de lumières, et enchînait avec 8 novilladas et 1 festival, remportant le prix du triomphateur lors des concours de Belmonte, de Cuenca et Burgohondo (Avila) ; en parallèle, à l'entrainement, il estoquait en privé, avec l’école de Tauromachie de Madrid, 18 novillos dans la finca de JOSELITO.

 
 

Photo : Ph. Latour
 

 




La temporada 2015 fut riche de succès lors de nombreux concours : Arnedo (finaliste avec Adrien), Zamora, Navas del Rey, Istres, Béziers, Perales de Tajuña, Los Molinos

 


 


Ce ne sont pas moins de 23 novilladas toréées, donnant le résultat de 32 oreilles et, en point d'orgue, la consécration pour cette catégorie de novilleros sans picadors, le gain du concours « Camino hacia LAS  VENTAS », duquel il sortit, le 4 octobre 2015, par la Puerta Grande après avoir coupé 2 oreilles.


Plus récemment il représentait l’Espagne lors d’une rencontre internationale d’écoles taurines au Mexique à Aguascalientes.


La Feria côté pratique.

MENUS 2016 : 

Retour cette année du traiteur Franck JUBILY.

Samedi midi (à partir de 12h30), au stade.
Animation musicale par Lous PEGAILLOUNS (Parentis-en-Born)
15 €

Assiette de charcuterie
Pat'Agata en Feria
Camembert et fine salade à l'huile de noix
Riz au lait, sauce caramel
1 verre de vin
café

Samedi soir (de 19h30 à 23h), aux arènes.
Animation musicale par Les AMUSE-GUEULES (Grignols)
15 €

Pâté au piment d'Espelette, fine salade, confiture de poivron
Zikiro avec haricots blancs cuisinés
Ossau Iraty et confiture de cerise noire
Gâteau baque à la crème
1 verre de vin 
café

Dimanche midi (à partir de 12h30), aux arènes.
Animation musicale par Les ARMAGNACS (Eauze)
18 €
Mise en bouche : Crème de courgette et jambon séché
Dodine de foie gras de canard mi-cuit, confiture d'oignon et pain toasté
Pièce de boeuf à la broche, pommes grenailles à la graisse de canard
Tomme de vache et fine salade
Baba au rhum, crème fouettée, soupe de fraise
1 verre de vin 
café


Dimanche soir ( à partir de 20 h), aux arènes.
13 €
Paella au poulet et fruits de mer
Salade de fruits frais
1 verre de vin 
café

On n'oublie pas bien sûr (aux arènes) la soirée Pinchos y Vinos du vendredi et le Casse-Croûte du Bassin le dimanche matin.

RÉSERVATIONS NOVILLADA
Les tarifs sont les mêmes qu'en 2015.

Le guichet de location est ouvert depuis le 19 mai.
horaires : 9h-12h et 13h30-18h ; le samedi 9h-12h
05.56.65.88.95 - 06.37.18.48.02
Le dimanche 5, vente aux arènes à partir de 9h.


Possibilité de réserver les repas et les places en bénéficiant d'une réduction.
TARIF JEUNE (50%) pour les moins de 18 ans (une pièce d'identité sera exigée pour l'accès au gradins)

dimanche 22 mai 2016

Samedi 4, le matin, à 5, à toucher.


#RUGBYA5


9h30 :
2 Tournois de Rugby à 5 :  catégories Open + 18 ans et + 35 ans (Hommes).
 
Ce tournoi, organisé sous cette forme pour la 3ème année consécutive, est considéré par le CTCA (Comité Territorial de la Côte d’Argent) et plus particulièrement Christophe ROUCHALEOU (responsable de la commission Rugby à 7 et Nouvelles Pratique du CTCA) comme la référence de cette pratique au sein du comité.
 
Le traditionnel café d’accueil (dès 8h15) précèdera les 2 tournois sur le stade André DURANTAU.

Soulignons : la présence fidèle :

des VILS NAVETS, 
des ESCAMATS,
des GROS FINAUDS GRAS,
des EDUCATEURS DE L'EDR SCC
des BOUFFES EN TRANCHE, (2)
des POTTOK DU SUD GIRONDE, 
des CADETS DU SCC SAISON 86/87

le retour
des CHUPERMEN

et saluons l'arrivée : 

de BORDEAUX METROPOLE,
du CONSEIL DEPARTEMENTAL DE LA GIRONDE,
de SAINT QUENTION DE BARON,
de la MATHA’S TEAM,
de LA PENA LE BŒUF QUI RIT,
des CHEVEUX BLANCS,
des BRAS CASSES,
de L'ETOILE TYROSSAISE
de BAZAS,
des KLABOTS DECASTELJALOUX
des GOURDES FRISEES
des PAPOUTCHES,
et des PINPINS DES LANDES

Toutes tenteront de faire tomber l’équipe victorieuse de l’édition 2015 :

ROQUEFORT.

Avec 23 équipes inscrites pour les 2 tournois cumulés dont certaines, comme les BET, en présentent une dans chaque catégorie, la journée #RUGBYA5 2016 s'annonce, avec ce plateau bien fourni, sous les meilleurs hospices.
 
Dès 13h, le repas animé par LOUS PEGAILLOUNS, ouvert à toutes et tous, est servi au stade sous la halle du basket.

15h00 : Lever de rideau : finale du tournoi des moins de 35 ans

16h00 : Arrivée du ballon du match de gala par les airs

16h05 : Match de gala opposant  La Seleccion de GASCONHA contre la sélection RABENI (composée de joueurs Fidjiens)

Sur le pont dès 11h, la Banda Lous Pegaillouns de Parentis en Born cèdera la place en soirée aux Amuse-Gueules de Grignols. Ces derniers prendront le relais à 20h aux arènes et ce jusqu’à minuit. Denis Anim assurera comme chaque année et avec son brio habituel l’animation et le bal.

pour accéder à l'album rugby 2015, cliquez sur la photo.
Pour accéder à l'album tournoi 2015, cliquez sur la photo.
 
 

samedi 21 mai 2016

La sélection RABENI.

Un cap se franchit doucement : il y a quelques années que les responsables Rugby de la Feria Rugby y Toros (Fraggle en tête) essaient d'élargir le champ des sélections proposées pour le match de Gala du samedi après-midi. Beaucoup de lignes lancées, quelques touches, mais plus rarement l'occasion de ferrer et plus encore l'occasion d'offrir aux futurs spectateurs un plateau de cette envergure.
 


 
 
 
 
 
  
Ce samedi 4 juin, à 16h, les Gascons de Régis Sonnes et Super-Gascon devront affronter des représentants fidjiens.
 
C'est Julian Vulakaro, ancien international fidjien et ancien joueur du Métro-Racing, qui amène à Captieux cette sélection montée en hommage à Seru Rabeni qui a quitté trop précocement, au mois de mars dernier, la planète ovale. Julian nous présente ici la personnalité de Seru Rabeni.


  
  « Seru Rabeni était connu partout dans le monde tant par ses performances en club qu’internationales. Son exil des Fidjis, en a fait un précurseur puisque grâce à lui les joueurs fidjiens ont eu l’opportunité de jouer partout dans le monde.
C’était un homme très humble en dehors du terrain, mais ce qui est paradoxal, c’est qu’une fois le maillot de rugby revêtu il devenait totalement différent. Dès lors,  il devenait très agressif.
 
 
 
 
 
 
Il a toujours eu conscience  que le rugby ne durerait qu’un temps et c’est pour cela qu’en parallèle, il poussait les gens à aller au bout d’eux-mêmes pour les aider à atteindre les objectifs ; et sa carrière sportive est à l’image de cet état d’esprit.
 
Nous nous souviendrons toujours de lui comme une légende du rugby fidjien et ne l’oublierons jamais »
 
 
 
 
 

1993 – 2017, 24 ans de RUGBY y TOROS ! 1999 – 2017 18 ans de Novillada avec picadors

Voilà près de 25ans qu’une équipe de dynamiques bénévoles sous la houlette du président André DURANTAU (Président fondateur auquel a succédé, 4 années durant, Stéphane PELERIN relayé aujourd'hui par Stéphane BRETHES), organise au cœur de l’Aquitaine une fête conviviale autour de deux passions majeures du Sud-Ouest : le monde du rugby et celui de la tauromachie s’y rencontrent autour de leurs valeurs communes, pour ce qui est devenu le rendez-vous traditionnel du 1er week-end de juin (le second si Pentecôte tombe le premier).



Ce pari audacieux lancé en 1993 et réussi dès la première année, la création d’un concept par l’association de deux thématiques complémentaires, fera école par la suite dans d’autres villes ou ferias.

Au fil des années, le premier tournoi de rugby à caractère local, s’est transformé en rencontre incontournable pour le rugby aquitain. La journée du dimanche, s’est imposée dans le calendrier des dates taurines du sud-ouest comme un rendez-vous de qualité : la ville de Captieux a été récompensée en 2000 en recevant le prix « Traje de Oro » décerné par un jury de medias à la meilleure plaza de novilladas du Sud-ouest.



A Captieux, la tradition taurine remonte à 1963 et débuta par des novilladas sans picadors dont la 2ème , en 1964, permit à Paquirri et son frère Riverita, arrivés de Cadix dans une Traction 7, de faire leur présentation en France. En 1966 on déplora l’effondrement des arènes après un « derby » avec la localité voisine de Grignols au cours d’un inter-villes fort « disputé » et c’est en 1990 que furent construites les nouvelles arènes Jean Sango (les seules arènes fixes de Gironde).



En 1993, l’enthousiaste et persévérant André DURANTAU, aidé par son « pack » de bénévoles et Michel BERTRAND, relançait le mouvement à l’occasion du soixantième anniversaire du S.C.C. (Sporting Club de rugby de Captieux) par l’organisation d’un festival avec picadors. Le Comité des fêtes et le Club Taurin Ricard s’unirent à cette première équipe l’année suivante pour organiser cinq autres festivals au cours desquels défilèrent des grands noms de la tauromachie : Tomas CAMPUZANO, RUIZ MIGUEL, Victor MENDES, CHAMACO, Juan MORA, Richard MILIAN, DENIS LORE, Damaso GONZALEZ, etc. Puis c’est en 1999 que fut organisée la première novillada avec picadors de l’histoire des arènes Jean Sango.



Depuis mars 2001, les aficionados au ballon ovale et à la corrida se retrouvent en hiver lors d’une soirée de gala « La Nuit RUGBY y TOROS » au cours de laquelle ont été reçus des invités prestigieux : Pierre ALBALADEJO, Bernard LAPORTE, Jean-Pierre RIVES ainsi que les maestros PEDRES et JOSELITO, l’éleveur VICTORINO MARTIN pour ne citer qu’eux.



Aujourd’hui, ce qui était au départ un jour de fête est devenu une féria se déroulant du vendredi au dimanche : les tournois de rugby à VII, les expositions d’artistes, les groupes musicaux variés, les animations pour les enfants, un campo de feria, des bodegas et des repas gascons, préparent l’évènement majeur du dimanche avec en apéritif une tienta matinale publique et gratuite (une innovation apparue en 2001) : la novillada avec picadors.